LUC DEWERTE, BASSISTE AUTODIDACTE DE TALENT…

luc dewerte

Si un jour vous le croisez dans son activité professionnelle, vous serez probablement étonné, voire pour certains, contrarié.

Luc DEWERTE a le blues dans la peau…. Le bleu aussi…. Je sais vous allez vous dire le rédacteur délire….

Luc DEWERTE a 52 ans, grand gaillard 1.90 m, ce que l’on peut qualifier « d’armoire à glace ». Dans la vie, il est motard de la police nationale à Lille. Ce « multi-facettes » de la vie est un passionné de blues et de Harley. Il est un des bassistes régionaux reconnu dans ce style.

Il découvre la basse vers l’âge de 14 ans à Roquebrune dans le midi. Cette année là, une cousine plus âgée l’emmène voir des copains musiciens. Il manquait justement un bassiste. C’est spontanément que Luc dira, je suis bassiste.

En rentrant de vacances, il fera la braderie de Lille pour s’acheter sa première basse. Une imitation « SG Basse » Morris, de couleur bordeaux. Sa connaissance en solfège était pratiquement nulle ne connaissant que les fameuses notes « Mi La Ré » découvertes sur une guitare sèche. Il a donc découvert la basse à l’instinct. Il a appris par cœur deux titres « Monnaie » (Pink Floyd) et « Caroline » (Status quo).

Son premier groupe durera le temps d’une répétition dit-il en riant. Puis de préciser, j’étais trop mauvais. Il va s’entêter passant de groupes en groupes, puis découvrira le « Blues » au hasard de ses rencontres musicales. Cela deviendra chez lui une seconde nature :  il connait tout de ce style musical. Luc DEWERTE pourrait vivre aux  USA, comme un biker, lui qui ne circule qu’en « Harley », et là aussi il connait tout de cette marque légendaire.

A l’époque de ses 16 ans, le « blues » est décrit comme une musique « simpliste » et « facile », avec ses trois accords de base. Pas facile du tout comprendra-t-il très très vite.

Dans les années 80, il approche le milieu des zicos lillois. Pas facile lorsque l’on est amateur et flic de se faire admettre. Il n’insistera pas. Il en entendra de toutes les couleurs venant du monde « pro ». Luc restera pragmatique.

1990, le service militaire effectué et 4 ans de recul musical, c’est l’aventure « Double Dose », « Outsliders » pendant 6 années. Des rencontres avec des musiciens, notamment Christian Luccini dit « Bobby » et Marc Védrine (batteurs) et Christophe DEMARQUILLY (Guitare). Un CD également, composé de 15 titres qui a été enregistré en « Live » à Wasquehal «  Powered by blues ». Il y aura autant de créations de groupes que de dissolutions de groupes…. Avec parfois un gout d’amertume.

En 2010, on retrouve Luc DEWERTE avec « Prohibition ». Il est entouré de François Courouble, Cédric Alexandre (Guitaristes) et Ludovic Rivaux à la Batterie. Une chanteuse Clémence Douçot qui se caractérise par un timbre de voix chaud accompagne ce groupe. Luc puise dans le répertoire de Joe Bonamassa, Kenny Wayne Shepherd, Bill Perry, Rory Gallagher mais aussi des adaptations plutôt réussies de Stevie Wonder….

Et aujourd’hui que fait notre ami :

Aujourd’hui, je suis sur une vraie expérience d’amitié avec « Blue Pepper ». Une formation réduite avec Eric DEMEULIN (Guitare) et Damien Dumortier (Batterie).

Luc nous précise : « Mon apprentissage sur le tas m’a certainement limité et l’idéal aurait été d’apprendre aussi le solfège »« Je vis tout cela sereinement à mon âge et mon recul. Je fuis les problèmes d’égos (pros contre amateurs) et de cachetons. Je veux jouer avec des potes pour le plaisir. »

Luc, peux tu me dire sur quelle gratte joues tu actuellement? :

J’ai une contrebasse mais surtout une Alembic « The Epic » 5 strings, une Fender jazz bass US 5 strings, en amplis : un Ampeg SVT et un Aguilar.

Avec un palmarès de scènes incroyables pour « un amateur », Luc Dewerte nous dit être heureux, il a pu combler sa vie de ses deux passions le blues et la moto….. Il nous quitte alors en enfourchant sa Harley Davidson …. On the road again

Il reste des CD «  Powered by blues ». Luc a eu la gentillesse de m’en amener un. Si vous êtes intéressés, un petit mail à chtijazz@gmail.com qui fera suivre

Si vous doutiez encore de notre pote …. gonflez les basses à fond dans votre casque et passez vous ceci :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *