UNE BATTERIE « JAZZ » SUR MESURE.. »MISSION IMPOSSIBLE?? »

20161015_085002

 

Il y a longtemps que l’idée me trottait dans la tête : « Black Jazz »

Comme tous les batteurs, j’ai arpenté depuis maintenant 40 ans, je ne sais combien de magasins de musique, salons spécialisés, catalogues, sites internet. Je ne pourrais compter le nombre de batteries devant lesquelles j’ai rêvé.

Mes choix ont été guidés, au tout début, par la taille de mes économies (ou plutôt celles de ma mère). Mes parents étant peu fortunés, j’étais sur, hypra heureux le jour où j’ai reçu « Ma » première batterie. Je savais le sacrifice qu’ils faisaient pour moi.  Nous étions rentrés, avec ma mère, dans un magasin du vieux Lille, chez Mésséan Musique. Elle avait contracté un crédit, tellement elle en avait assez de me voir frapper sur des bottins téléphoniques, ou sur les coussins du canapé. Je pense que ma mère a du penser, à l’époque, que ce ne serait pour moi qu’une « passion passade », et était loin de se douter, que 40 ans plus tard, elle me tiendrait avec toujours autant de ferveur.

J’avais « chopé » le virus en étant en contact avec « Bobby » (Christian Luccini), batteur d’un groupe de rock en vogue à l’époque, le groupe « Stocks ». J’ai eu la chance d’avoir comme professeur de batterie, un certain Jean-Louis Raison (professeur au conservatoire de Douai ), qui  a définitivement scellé mon envie de jouer de la batterie. Serais-je un jour un batteur ?  C’est une autre question.

J’ai par la suite, au cours de ma vie, eu l’occasion de naviguer de marque en marque : Tama, Pearl, Mapex, …. DW, Yamaha. Mes choix étaient plus précis et j’apprenais au fil du temps qu’un son de batterie et son kit, correspondaient à une utilisation bien précise. J’ai compris que le son était quelque chose de tellement personnel, que personne n’aurait la solution à ma quête. Ce qui résonnait en moi pouvait laisser un autre insensible, comme nos choix musicaux. Au fil des styles de musique auxquels je me suis exercé, j’ai été influencé par tel type de kit. Dans chacune des marques, je trouvais avantages et inconvénients, forces et faiblesses. Il y avait aussi les phénomènes de mode sur les coloris ou les revêtements.

gustave debacker

 

 

Je crois que l’idée de faire fabriquer ma propre batterie me vient de loin. J’ai retrouvé, grâce à mon parrain, Jacques Ingelaere, qui fût Directeur du conservatoire municipal de Marquette lez Lille, la photo de mon grand-père  maternel à la batterie. Pour repréciser le contexte, mon grand-père a enseigné la musique à tous ses enfants, et petits enfants..qui eux même ont enseigné à leur enfant. Mon grand-père était accordéoniste. Il allait tous les dimanches au marché de Wazemmes de Lille (59), pour écouter les accordéonistes qui jouaient sur le marché et aux terrasses de café. Il leur achetait des partoches. C’était l’époque du « petit blanc et du saucisson » avec les potes au zinc. Ce grand-père maternel, Gustave Debacker, était un peu un « géo trouve tout » de l’époque. C’est ainsi qu’il s’essaya à créer une batterie, dans sa cave, en cintrant lui-même des planches de bois. Je doute que le son ne fut bon, mais…. il avait réussi cet exploit, nous étions dans les années « 30 »…

 

 

Au fil du temps, mes orientations musicales ont évolué, avec une inclinaison presque « génétique » pour le jazz. Le jazz est ancré en moi…. J’en écoute de 5h00 du matin à très tard le soir, le weekend, en Ipod, sur l’ordinateur, dans la voiture, au bureau… Il est partout…. instrumental, chanté….J’écoute, encore et encore…

Je voulais une « jazzette ». Je suis allé essayer une multitude de kits. J’ai  d’abord pensé ergonomie, son et seulement après… l’enveloppe, la couleur, le style…..Je me suis donc tourné vers un homme de confiance : Florent Westeel, créateur de « West Custom Drums ». Florent est un passionné de batterie, de son, de résonance…. Il connait tout et peut vous parler de « chanfrein » avec précision, et vous guider utilement dans vos choix. Il viendra parfois corriger mes choix ou me conseiller avec une vision pragmatique et judicieuse, tout en me laissant libre.

Ergonomie

Je suis toujours impressionné devant les « énormes » kits, sur lesquels de prodigieux techniciens font des démonstrations d’enfer. Il faut reconnaître que le niveau de performance sur Youtube nous laisse parfois extatique. Néanmoins, jouer de la batterie sur un répertoire jazz est bien éloigné, en général, de ce genre de performance. Un kit « gonflé  » en jazz n’aurait aucun sens. Je l’ai vu une fois, au Festival de jazz de Gand, avec Simon Philipps, qui accompagnait la pianiste de jazz japonaise « Hiromi ». Je n’ai pas été spécialement convaincu par ce déploiement de matériel dans ce répertoire, sauf à faire de la publicité pour la marque qui endorsse….. Mais bon, quand vous vous appelez Simon Philipps, vous pouvez vous permettre quelques excès (lol).

Il me fallait une batterie compacte : Caisse claire, Alto, basse, et grosse caisse. Un volume réduit, mais trouver la formule pour garder de la puissance et de l’efficacité. Les dimensions allaient donc être importantes et avaient pour corollaire de bien choisir le (les) type(s) de bois, le nombre de plis. Il me fallait choisir : Tom alto sur pied ou sur potence…. La potence.. où : au milieu, légèrement à gauche…. En avant de la grosse caisse ou en arrière….. Même question (ou presque) pour le tom basse …. sur 3 pieds ou sur un support rattaché à un pied de type cymbale…. Encore une fois , il n’y a pas de recette miracle. L’expérience et rien que l’expérience….de sa propre pratique : Comment se sent-on à l’aise ?? La morphologie de notre corps sera le guide. Je mesure 1.85m et il est (je pense) évident que ma morphologie m’incite à être un peu plus en arrière qu’un batteur de 1.60 m.

Le son

Pas de recette miracle, mais quelques données pour vous éclairer : voici deux histogrammes de sonorité …

peuplier Le Peuplier

erableL’érable

Une batterie doit sonner… Mais il n’est pas nécessaire que les bois de votre kit soient de la même essence. Je voulais un son sec et remontant sur une couleur claire en fin de diffusion pour la grosse caisse. Au grand étonnement de Florent Westeel (dans un premier temps), j’ai choisi du peuplier pour la grosse caisse, avec une épaisseur de 7 mm. Le peuplier est souvent utilisé pour être inséré dans les plis intérieurs. Il s’agit d’un bois souple, utilisé depuis de nombreuses années. Il a un son similaire au bouleau ou à l’acajou. Ce bois est néanmoins sensible aux variations de température et à l’humidité….Donc attention. Je me suis orienté pour les dimensions sur du 20*16 : profondeur et précision.

20161015_084445

La caisse claire…..Mon choix s’est porté sur du 14*6.5 en 10 plis érable, chanfrein 45°, déclencheur Trick mulit qui est excellent, 3 positions, souple et précis. Timbre pursound 20 brins. L’attaque est claire et précise.

Les toms ont été confectionnés à partir d’érable de 8.75 mm, 9 plis : Tom alto 12-8, tom basse 14*14. L’ensemble des toms est équipé de sourdines sur les peaux de frappe et de résonance.

20161015_08431620161015_084113

Les peaux pour les toms sont des  « Remo » fiberskyn, sauf pour la caisse claire. Je dois reconnaître que mon choix a aussi été guidé par le look des fiberskyn, autant que pour leur son « chaud ».

L’Esthétique

Là encore, la  réponse est personnelle….. Je voulais une black…j’adore cette couleur….Pour moi, il a été tout de suite évident que mes fûts seraient recouverts de rodhoid. Je la voulais très black…Alors, pour l’accastillage, mon choix a suivi la même orientation… « Black nickel ». Le positionnement de la potence… »central avancée », elle aurait pu être décalée à droite ou plus en avant…. Le système d’attache de type « YESS ».  Les sourdines comme sur la Ludwig. Le positionnement sur la grosse caisse de la vis de réglage légèrement décalé à ma droite.

Comme ce jouet m’est perso, j’ai décidé d’aller jusqu’au bout de mon rêve. Je voulais sigler ma peau de résonance. Florent Westeel m’a alors adressé auprès de Henri Falisse. Je pensais que l’opération serait compliquée…. Que néni… Quelques échanges de mails dans lesquels Henri m’a fait des simulations. J’ai re-précisé une fois mon choix, et 10 jours plus tard, elle est arrivée….Entre temps, le problème d’un évent s’est posé. Je connais les problèmes que posent parfois la peau de résonance sans event : Difficulté de captage, imprécision du son,…. Bref, j’ai choisi un évent… »Black » ..what else ?

20161015_084401

 

Lors des finitions, Florent m’a demandé s il devait positionner le logo de sa marque « West Custom Drums »… Il m’a fait diverses simulations de positionnement. J’ai décidé de ne pas surcharger les fûts avec le logo, d’autant que la marque apparaissait sur la peau de résonance grosse caisse.

Pendant toutes les étapes de la conception, Florent m’a ouvert ses portes, pour suivre pas à pas l’évolution de ma future batterie. Il a été en permanence à mon écoute et hyper réactif à mes demandes. Il est resté transparent sur le mode de fabrication.

Voilà, je vous ai fait partager la naissance d’un vieux rêve. Il est devenu réalité grâce à cette rencontre avec Florent Westeel…. Avec de la persévérance de ma part pour apprendre et comprendre. Cette « Black jazz » ne vous conviendrait peut-être pas ? Mais sachez que « West Custom Drums » et Henri Falisse (www.stickerman.pro) peuvent vous faire rêver éveillés, comme lorsque vous étiez enfant……….

20161015_084840

 

Vous vous posez encore des questions …  Le prix…?

Vous rêvez de créer votre batterie, et vous voulez une aide technique, ou un suivi de votre commande, parce que vous n’habitez pas sur le Nooorrrddd…

 N’hésitez pas : chtijazz@gmail.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *