LE « GÉO » TROUVE TOUT DU SON EST AUSSI UN JEUNE GUITARISTE PASSIONNÉ !!!!

JeanMarc Duquesnoy

Jean-Marc Duquesnoy

Jean Marc Duquesnoy est un passionné de musique, mais c’est le point commun de bon nombre d’entre nous. Il est surtout, avec son frère Dominique, un expert du son.

Son métier n’est pas ingénieur du son….. quoique si. Jean Marc DUQUESNOY est un jeune guitariste de 70 ans qui a été surtout ingénieur en électricité. Mais cela ne peut le résumer, il est surtout quelqu’un qui cherche. Les sons sont son obsession (tient il y a beaucoup de « sons » -phonétiques- dans cette phrase !!!). Son histoire technique et musicale démarre et se confond avec l’histoire du groupe « Les Shadows« . Alors je sais vous allez me dire ce n’est pas du blues, ni du jazz….. heu… quoique, écoutez « Nivram » ou « Little « B ». Mais l’intérêt porte ici sur la sonorité entendue et celle que nous voudrions restituer.

Revenons à Jean-Marc Duquesnoy. Il commence la musique par le piano avec sa maman qui joue de cet instrument. Cet apprentissage, il le partage avec son frère Dominique et leur sœur. Une évolution fusionnelle va se créer surtout entre les deux frères. Ils deviendront des obsédés de guitares, d’amplis, d ‘enregistreurs, …. de toutes les nouvelles technologies. Ils rodent dans tous les magasins de musique, tous les ateliers, tous les sites…. dans toutes les langues et jusqu’à l’extrémité du globe en Australie. Ce duo de choc, bien qu’ amateur, est d’un niveau technique hors du commun :  Des bidouilleurs trouve-tout. Ils vont compléter leur apprentissage musicale par la guitare. Elle deviendra leur instrument fétiche.  En 1963, c’est l’époque des Yeah Yeah, ils admirent Buddy Holly,James Taylor, Cliff Richard, Hank Marvin et donc les Shadows.

Les Duquesnoy Brothers  vont tout de suite remarquer que la guitare des Shadows sonne comme une voix. Elle prend toute sa place dans le groupe et n’est pas seulement un instrument d’accompagnement. Les sons qui sortent de ces guitares sont multiples, complexes et ne correspondent à rien de réellement disponible sur le marché. Jean Marc et Dominique vont se lancer dans un travail d’observation du groupe et d’autopsie du matos. Les Shadows sur scène changent presque autant de guitares qu’il y a de titres. Hank Marvin se tourne en permanence sur ses amplis, il bidouille, dit Jean Marc.

Jean-Marc va être repris par sa vie professionnelle et attendra la retraite, il y a un peu moins de 10 ans, pour repartir à l’assaut du son. Il va installer  (quelque part sur le versant nord ouest de la métropole) un véritable studio avec du matos dernier cri. Les guitares, les sonos, les câbles, les ordinateurs, les amplis, les logiciels s’empilent.

D’ailleurs, pour interviewer Jean Marc DUQUESNOY, je me suis rendu dans le studio que je connais bien. Pendant quelques temps je suis allé faire le batteur de remplacement pour leur Tribute  Shadows qu’ils avaient constitué. Il faut dire que, plus jeune, j’étais admiratif du batteur Brian Bennett et de son « Little »b » chorus. C’est donc naturellement et comme nous le faisions au temps de nos répétitions que Jean Marc me dit : … On se boit une bière… quelle question ? quelques minutes plus tard, nous reprenons cette histoire avec une « Leffe blonde » devant nous *(à consommer avec modération).

Jean Marc nous dit qu’il leur faudra 8/9 ans pour trouver la réponse à leurs questionnements « sonores ». Il lui parait évident ( et à la réflexion c’est vrai) que peu de groupes (ou de musiciens) sont reconnaissables « au son » de leur instrument (exception de Santana, Clapton, BB King, et Marc Knopfler). La plupart du temps, la reconnaissance se fait par le biais du jeu, de la technique. L’enquête qui est menée par les deux frères permet de constater qu’il n’existe aucune doc sur le matériel des Shadows. Les seules certitudes sont  que Hank Marvin joue sur une Fender Strato Coster de 1957. Hank Marvin produit un effet très important de vibrato, souvent dès l’attaque de la première note. Il réalise un effet « Twang » en jouant de bas en haut ce qui donne un son sec.

Jean Marc découvre que 50% de ce son particulier provient de la chambre d’échos. Quelque chose a été changé à l’intérieur ou quelque chose qui produit un effet « écho » mais ultra contrôlé. Il réalisera que, s’agissant d’un matériel à bande, il fonctionne avec des têtes de lecture. Elles ont été décalées. (Nous ne rentrerons pas plus ici dans la description technique pour garder une partie du mystère). Il s’agit d’une chambre d’écho de marque italienne « Meazzi ». Elle est d’une fiabilité toute relative et d’un réglage très rudimentaire. La bande passante se détériore , ce qui fausse le son mais tout en le rendant juste ( Je sais c’est du chinois, comme l’article sur A. VERSTREPEN accordeur de piano qui règle parfois faux pour jouer juste).

Pour des raisons publicitaires, lors de leur parution en public, les Shadows seront toujours associés à la marque « Vox ». En réalité, pour les enregistrements, Hank Marvin jouera sur du Fender Twin Reverb avec un son rendu plus aigu. Lorsque nous écoutons à nouveau deux titres connus des Shadows, nous constatons la chose suivante : Pour « Apache » le son rappelle le mouvement du train, pour « Atlantis » le son donne comme l’impression d’une balle de pingpong qui rebondit sur le sol. On constate bien ici que des presets ont été élaborés pour donner des effets particuliers sur chaque titre. Jean Marc et Dominique retrouveront des proches des « Shadows » en Australie qui leur fabriqueront une boite magique contenant 50 presets des morceaux les plus connus du groupe.

L’interview arrive à sa fin et nous nous disons, qu’en fait, l’élaboration de sonorités nouvelles a un peu disparu… c’est un peu dommage.

Je demande à Jean Marc de me montrer « ses guitares ». Alors ce passionné déballe tout de go : Une Fender Strat  Nos 56, Une Fender Strat Blackie, Une Gibson Les Paul pour le blues et le Jazz. Cela fait déjà 02h30 que je suis là , le temps d’une accolade et je file at home!

Nous avons une pensée toute particulière pour Dominique qui est souffrant depuis plusieurs mois…. et lui disons courage l’ami !!

FullSizeRender                                                                                                                                                          Dominique DUQUESNOY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *