7 JOURS ET 6 NUITS AVEC ANNE DUCROS !!! (1ÈRE PARTIE)

anne 1

Il y a des expériences et des rencontres qui peuvent marquer une vie. Celles que nous avons vécues cet été ont surpassé de très loin tout ce que nous aurions pu imaginer……..

Cette expérience, c’est le stage de jazz vocal auquel nous avons assisté, animé par la chanteuse de jazz Anne Ducros, du 22 au 28 août 2016 à l’Île aux Moines. Avant d’évoquer ce stage, il nous faut vous présenter cette musicienne, pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore. Nous imaginons déjà la tête de certains en lisant : « Anne Ducros, cette musicienne« . Il est vrai qu’en général, et malheureusement, nous avons plus à faire à des chanteurs ou chanteuses qui approchent le répertoire « jazz » par amour de ce style, mais avec peu de connaissances. Beaucoup imaginent que le fait d’aimer cette musique peut suffire. Qu’un beau grain de voix, quelques « vibes », ou de clôner ce que l’on a entendu, est suffisant. Beaucoup d’instrumentistes considèrent le chanteur ou la chanteuse de jazz comme « un élément de décoration ». Beaucoup pensent que le chanteur ou la chanteuse de jazz ne peut pas prendre le « lead » …… et bien détrompez vous!

Celle qui affiche un palmarès de récompenses impressionnant : Victoire du jazz/2002, Victoire du jazz/2003, Django d’or/2003, Talent ADAMI/ 2003, Donna di Scena Jazz/2007, International Association for Jazz Education de New York/2007, Nomination artiste féminine de l’année/2010 et Chevalier de l’Ordre du Mérite en 2013,  va nous le démontrer.

Nous connaissons Anne Ducros depuis ses débuts. En tant qu’amateurs de jazz, nous la suivions dans l’ombre. Puis il y a eu quelques rencontres à l’occasion de Masterclass organisées sur Paris. Ce fût l’occasion de découvrir une grande professionnelle et surtout une femme d’une humanité débordante pour les autres. Anne Ducros ne renie rien de son histoire. Elle l’évoque, se livre…… si elle vous apprécie, car elle a du caractère. Nous l’avons suivie pendant 7 jours et 6 nuits. Elle est étonnante, pétillante, fougueuse. Elle a un don pour détecter et perquisitionner au fond des âmes de chacun. Elle vous retourne, avant ses mots, il y a son regard : Glaçant ou encourageant. Un des marqueurs les plus apparents chez cette artiste…. Jamais de méchanceté, tout se termine par un encouragement, par une petite bougie ou un brasier qu’elle allume en vous, s’appuyant sur le positif et en vous tenant la main…un peu plus, un peu plus longtemps, un peu plus fort.

Anne Ducros est une Chti. Elle le revendique et sait s’amuser du patois Chti. Elle est née près de Boulogne sur Mer à Longfossée (62). Nous avons abordé son enfance, ses blessures, la perte récente de son frère qui continue à la meurtrir . Chtijazz.com, comme toujours, se refuse d’aborder l’axe « privé  » des artistes que nous rencontrons. Nous espérons secrètement, qu’un jour, Anne Ducros écrira sa biographie et vous parlera de son parcours. Son histoire pourrait faire l’objet d’une adaptation pour le petit écran, ce serait une vraie leçon de courage et d’encouragement pour ceux qui peuvent être désespérés et n’y croient plus.

Parallèlement à des études de droit qui ont été menées à Lille (59), Anne Ducros va commencer ses études musicales avec Lyne Dourian, au conservatoire municipal de Boulogne sur mer (62). Elle va aborder les chemins ardus des répertoires de Haendel, Rameau….. en  un mot, le répertoire baroque. Son  influence jazz est marquée par Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan et surtout l’improvisation vocale. A l’instar des instrumentistes « chorussant« , ses interprétations son marquées de cette capacité à improviser. Elle y met toute son âme. Anne Ducros maîtrise la rythmique, le placement….à côté mais pas en dehors de la grille. La recherche des toniques, des quartes, des quintes…. elle maîtrise et propose  à ses musiciens. C’est une invitation à un corps à corps musical à chaque fois.  Vous vous retrouvez « porté ». Lorsque Anne Ducros vous donne le tempo, c’est déjà le début d’une aventure inouïe…. au 1.2.3 « vous savez ce que vous allez devoir faire« . Les modulations sont précises et vous guident. Vous sentez « la pulse » et vous voyez le chemin vers lequel elle vous envoie.

En 1986, alors qu’elle compose son premier quartet, elle va aller se frotter à différents concours. Anne Ducros en impose déjà par son style et sa maîtrise du jazz. Elle n’est pas la petite chanteuse que l’on accompagne. Elle est une jazzwoman. En 1989, elle enregistre son premier album, « Don’t You Take a Chance », qui est la suite logique des récompenses qu’elle commence à afficher. Sa carrière va être jalonnée par la suite  d’une multitude de rencontres avec des musiciens extraordinaires qui nous font tous rêver : Ray Brown, Chick Coréa….. Elle nous parlera encore avec émotion de cette rencontre. Alors qu’elle est en Corse, son imprésario lui passe le téléphone en lui lâchant : .. »C’est Chick Coréa, il veut te parler »…… Faisant suite à une  demande préalable, il allait accepter de l’accompagner. « Improbable » (mot fétiche d’Anne), celui qui n’avait jamais accepté de travailler en sideman ! Elle nous parlera de son voyage en Floride chez Chick Coréa, de sa gentillesse…. (là encore, peut-être qu’elle vous racontera un jour elle même cette histoire).

Evidemment, sans ce talent, rien n’aurait été possible. Elle a su s’imposer dans ce milieu parfois très dur, par ses capacités et son professionnalisme. Sa voix de contre-alto, son sens du « groove ». Il faut aussi souligner le rôle de Didier Lockwood qui lui a permis d’enregistrer  Purple Song, avec le pianiste Gordon Beck (Label Dreyfus/2001). Au rythme d’un album tous les deux ans, mais aussi d’incursions en invitée sur d’autres enregistrements d’artistes qui la sollicitent, elle devient une vraie référence.

En 2008, elle est sollicitée pour participer à la 8ème saison de la « Star Academy » . Elle assume !! Sa présence était pour nous « improbable », car nous la connaissions et ne comprenions pas ce qu’une telle artiste allait faire sur ce « Primetime ». Elle va nous redire ce qu’elle avait à l’époque déclaré à TSF JAZZ. La Star Academy était l’occasion de faire entendre du jazz à une heure de grande écoute. Elle complétera en nous déclarant : .. »C’était un vrai bonheur d’emmener ces mômes ( les élèves) dans les bars jazz de la capitale« . Elle nous fera beaucoup rire avec les histoires de ces émissions…. mais beaucoup rire. Anne Ducros, c’est aussi cela, un sens de l’autodérision. Cette femme, qui a une culture impressionnante, peut vous parler littérature, art, politique, avec précision et références et peut vous faire passer du rires aux larmes en un tour de main.

Au moment où nous rejoignons Anne Ducros à l’Île aux Moines pour cette Masterclass, suivie du concert de clôture, notre jazzwoman vient de finir l’enregistrement de son prochain album. Les phases mixage, mastering vont précéder la séquence promotion et distribution.  L’album n’a pas encore de titre et est constitué de reprises arrangées. Aux arrangements, Anne est allée chercher en Italie, entre autre,  Giuseppe Emanuele. Nous apprenons que la basse sera tenue par Gilles Nicolas, qui accompagne Anne depuis plus de vingt-cinq années. Ils se connaissent bien ces deux là. Une complicité attendrissante où les mots sont devenus superflus……

Nous sommes impatients mais Anne est sereine et concentrée. Une nouvelle fois, nous percevons son grand professionnalisme. Elle connait tout de cette phase qui constitue la naissance d’un album. Elle ne se met pas de pression, car elle le  produit. Nous avions relayé l’appel au financement par le biais de « kisskissbankbank » en son temps. Le pari a été tenu, l’appel a été entendu, et ce projet est maintenant une réalité. En ce qui concerne la sortie, Anne Ducros ne veut rien précipiter. Elle veut un produit parfait….. Alors fin 2016 ou début 2017….. ?? Elle n’est pas là pour faire un coup sur une vente. Anne Ducros est lucide sur le niveau de vente des CD en France : … »Cela reste un passage obligé pour que l’on parle de vous et faire des scènes.. ».

Chtijazz est impatient néanmoins de vous faire découvrir ce nouvel album. Nous sommes certains qu’Anne nous accordera  un peu de temps   pour vous en parler elle-même.

Nous voulions dans cette première partie vous parler de cette femme qui nous a fait rire, qui nous a bouleversés (parfois aux larmes) , appris …… qui a accepté de nous faire confiance. Dans une seconde partie, qui paraîtra la semaine prochaine,  nous vous ferons découvrir la Masterclass en elle-même. Ce sera l’occasion de vous la détailler, de vous parler de ce lieu magique « Le Chemin des Îles » de l’Île aux Moines. Cette maison d’hôtes (ouverte toute l’année), qui est tenue par « un personnage » Françoise Mugnier-Braudé, incollable sur le jazz et qui est à l’initiative de cette semaine. Nous vous parlerons des stagiaires : Lara, Laure, Françoise, Hanna, Anna Paula, Anne, Emma.… des musiciens Gilles Nicolas (basse), Giuseppe Emanuele (pianiste/arrangeur)….

Nous ne résistons pas à vous faire écouter ce « Night and Day« , arrangé par Giuseppe Emanuele et interprété par lui même au piano et son big band….. Décidément, Anne nous aura fait encore un beau cadeau en nous faisant rencontrer ce pianiste, arrangeur,…. qui est un homme adorable, simple, humble….. Nul doute que le prochain album d’Anne sera de la dynamite!

Pour rappel, voici la discographie d’Anne Ducros :

Mais  aussi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *